"Le propre de la solidarité, c'est de ne point admettre d'exclusion"

Victor Hugo

Nous rejoindre sur Facebook

01 41 37 95 30

contact@assol-mncp.fr

01 41 37 95 30

contact@assol-mncp.fr

Nos actions

L’accueil

La domiciliation
Notre action de domiciliation s’inscrit dans le cadre d’un agrément préfectoral couvrant l’ensemble des prestations prévues par la loi et d’une convention avec le CCAS de Nanterre.
La domiciliation est l’une des premières étapes de notre accompagnement social. Elle offre aux personnes domiciliées la possibilité de disposer d’une adresse et donc de réactiver leurs droits.
Les personnes domiciliées à l’ASSOL – Maison des Chômeurs et Précaires accèdent à l’ensemble des services proposés par l’ASSOL (service de première nécessité, repas, ateliers, accompagnement à l’emploi et à la formation informatique…).
Le volume des domiciliations varie assez sensiblement d’une année sur l’autre. Il est depuis plusieurs années en forte hausse.
Ces domiciliations s’effectuent exclusivement sur orientation du CCAS de la ville.
Fonctionnement de la domiciliation
La personne se présente à l’accueil du CCAS de Nanterre et exprime sa demande de domiciliation. Si la personne a un lien avec la commune de Nanterre, le CCAS nous adresse par mail une fiche de liaison.
Toute personne orientée par le CCAS est reçue par un travailleur social de l’ASSOL – Maison des Chômeurs et Précaires dans le cadre d’une permanence hebdomadaire (sur RDV). Lors de ce rendez-vous, le travailleur social évalue la réalité du lien avec la commune, informe la personne sur la domiciliation, son caractère opposable, les droits et obligations associés à la domiciliation, identifie les droits auxquels la personne pourrait avoir accès et l’oriente dans ses démarches.
Il évalue la situation sociale de la personne et s’assure qu’un réfèrent social a été désigné. Si la situation le nécessite, le travailleur social réoriente la personne vers une structure adaptée. Pour les personnes isolées bénéficiaires du RSA et les personnes isolées qui n’ont pas de référent, dans la limite des moyens de l’association (2 travailleurs sociaux) un accompagnement social est proposé à l’ASSOL.
Il présente et fait découvrir l’association à la personne.
L’orientation vers l’ASSOL – Maison des Chômeurs et Précaires ne débouche pas systématiquement sur une domiciliation effective et cela pour différentes raisons :
Le lien avec la commune n’est pas évaluable ou suffisant ;
Les personnes ne se présentent pas au rendez-vous ;
Le demandeur est déjà domicilié dans une autre structure, …

Si la domiciliation est concrétisée, elle est valable pour une année complète. Toutefois, il est demandé à chacun d’informer l’ASSOL – Maison des Chômeurs et Précaires de toute évolution dans sa situation afin de pouvoir mettre fin à la domiciliation si celle-ci ne se justifie plus. En effet, l’agrément préfectoral étant limité en nombre, arrêter une domiciliation peut permettre à une autre personne d’en bénéficier.
Chaque domiciliation fait l’objet d’un contrat avec la personne. Un règlement intérieur de la domiciliation est systématiquement signé par la personne accueillie, afin que les règles de fonctionnement soient connues de chacun.
Chaque renouvellement éventuel donne ensuite lieu à un entretien avec un travailleur social, ce qui permet de faire le point sur la situation de la personne accueillie.
La personne domiciliée s’engage à passer régulièrement récupérer son courrier (au moins une fois par semaine). Notre association peut se voir contrainte de mettre fin à la domiciliation lorsqu’une personne ne s’est pas présentée pendant plus de trois mois, conformément à la législation en vigueur, ou pour non-respect du règlement intérieur et notamment en cas d’incivilités.
L’ASSOL – Maison des Chômeurs et Précaires assure la gestion du courrier : enregistrement, suivi et distribution, mais également la confidentialité du courrier. C’est pourquoi celui-ci ne peut être remis qu’à la personne domiciliée elle-même.

Enfin, il faut préciser que la domiciliation assurée par l’ASSOL – Maison des Chômeurs et Précaires n’est jamais une domiciliation « anonyme » : chaque personne est connue de l’association. C’est l’avantage d’une structure à dimension humaine.
À l’ASSOL, cette domiciliation peut également enclencher un accompagnement social adapté et l’accès à l’ensemble des services mis à disposition à l’ASSOL.

L’accompagnement social individuel

Les personnes que nous accompagnons sont sans domicile fixe. Elles sont isolées et n’ont pas ou peu de réseaux sur lesquels s’appuyer. Les problématiques que rencontrent les personnes sont : l’absence de logement, l’instabilité à l’égard de l’hébergement, la santé (psychologique, psychiatrique, addiction, physique), retour à l’emploi…
Ces dernières années nous pouvons constater une augmentation sensible du nombre de personnes très précaires voire marginalisées ce qui complexifie leur mode de prise en charge.
Globalement, le public accueilli dans notre association requiert une prise en charge personnalisée tenant compte des spécificités de chacun.
Il est essentiel que nous adaptions les exigences de notre accompagnement social à ces publics dont les fragilités, induites par des parcours de vie difficile, sont plus importantes.
Cela exige souplesse, grande disponibilité, écoute particulière favorisant la relation de confiance, ainsi qu’un travail continu de prévention et d’information plus conséquent que pour le public de droit commun.

Spécificités de l’accompagnement proposé par l’ASSOL
L’objectif est de mettre en place un accompagnement personnalisé qui doit permettre d’inscrire la personne en errance dans une dynamique de réinsertion sociale durable. Cet accompagnement personnalisé se fait dans le respect du rythme, de l’histoire et de la culture de chacun.
Notre accompagnement vise à repérer ce qui dans l’histoire de la personne accueillie permet de comprendre sa situation présente (repérage des fractures éventuelles). Ce travail autour du parcours singulier de chacun permet d’établir une relation de confiance, de repérer les freins et leviers pour l’insertion. Nous constatons qu’une des premières difficultés pour les personnes que nous accompagnons est l’accès aux soins. Partant de ce constat, nous avons mis en place différentes actions dans le domaine de la santé :
Dans le cadre d’un partenariat avec l’équipe mobile Santé mentale / Précarité : présence une demi-journée par semaine d’une infirmière du réseau santé mentale et précarité. Elle assure une présence en salle d’accueil un matin par semaine, dans un cadre informel. Les personnes peuvent le cas échéant la rencontrer dans le cadre d’entretiens individuels et envisager si elles le souhaitent un accompagnement avec le Docteur BACHA, psychiatre, en amont d’une éventuelle orientation en CMP. Elle peut par ailleurs venir en appui de l’équipe sociale sur certaines situations complexes et/ou problématiques.
Nous avons souhaité renforcer notre accompagnement sur l’accès aux soins, en mettant en place un partenariat avec la CPAM 92. Cette convention nous permet d’avoir accès à la ligne urgence précarité, ce qui favorise l’ouverture des droits CMUC et ACS plus rapidement. Cette ligne nous renseigne également sur les difficultés que peuvent rencontrer les personnes avec cet organisme.
Depuis début 2016, nous mettons nos locaux à disposition des professionnels de santé quand cela s’avère nécessaire pour le suivi médical des personnes que nous accueillons dans notre accueil de jour.
Au vu des besoins des personnes, nous souhaitons poursuivre et développer notre partenariat dans ce domaine en mettant notamment en place une permanence d’un podologue. Un important travail autour de l’estime de soi est également à réaliser avec le projet de faire intervenir une socio-esthéticienne.
Nous accompagnons différents publics : personnes bénéficiant du RSA et personnes non bénéficiaires du RSA.